L’Univers vous donne ce dont vous avez besoin…

« L’Univers nous donne ce dont nous avons besoin quand nous arrêtons de courir après ce dont nous n’avons PAS besoin » a dit Serge Boutboul, au stage d’énergétique auquel j’ai participé en 2014.

La phrase résonnait déjà bien pour moi à cette époque, mais j’ai eu une petite épiphanie en me la rappelant ce matin.

Quand nous faisons une lecture négative d’un type d’éléments dans notre vie, notre frustration augmente. Nous avons l’impression d’être privé, contrecarré, dépossédé. Je me suis sentie comme ça pendant des années car je croyais manquer d’amour, sous toutes ses formes. Manquer de chance, manquer d’appréciation, manquer de facilités, manquer de succès, manquer de marques d’amour. Chaque chose qui n’allait pas selon mon goût, je l’étiquetais « l’Univers m’en veut ».

Et je me suis mise littéralement à POURSUIVRE toutes ces choses dont je pensais manquer. Frénétiquement. Poursuivre l’affection des autres en minaudant, en faisant des exploits réellement dignes d’éloges (mais catastrophiquement mal inspirés !), en me coupant en quatre… et idem dans tous les domaines. Je me suis mise à « travailler fort », tout le temps. Ma frustration ne faisais qu’augmenter, bien entendu, car plus on se tend, plus on se pressurise, moins on PERMET aux choses de se mettre en place, on est comme un jardinier qui tirerait sur les pousses de fleurs pour les faire pousser trop vite, les abîmant du même coup.

Rosée, par Emmanuelle Heyd

Hier, après une journée très éprouvante de crise de guérison, cette manière de faire s’est guérie chez moi. Et ce matin, je vois les choses différemment. J’ai trop tiré (sur la corde), trop poussé, trop voulu, trop exigé, trop tapé du pied.
Je n’ai pas été réceptive.
Je n’ai pas été valorisante envers ce que j’avais.
Je n’ai pas su apprécier les choses telles qu’elles étaient.
Je n’ai pas su accepter.

J’ai couru après des choses dont je n’avais PAS besoin. Il aurait suffi que je change mon regard sur ce que j’avais pour que la brume se dissipe, et l’Univers, très gentiment, m’aurait donné ce dont j’avais besoin de bonne grâce. Mais je ne faisais que le repousser avec mon attitude négative, ne lui laissant aucune place pour agir. Quel changement de le réaliser, enfin !

Ah ! Une grande inspiration de l’air printanier qui passe par ma fenêtre, avec le goût de mon café qui s’attarde.
It’s a new dawn
It’s a new day
It’s a new life
For me
And I’m feeling good