Gratitude, jour 5 : s’attirer de l’argent d’une façon magique

Ce chapitre du livre a été particulièrement difficile pour moi, car j’avais beaucoup d’insécurité vis à vis de l’argent. Je le savais très bien, et c’est notamment pour remédier à cela que j’avais décidé de relire le livre de Rhonda Byrne « La Magie ». Énormément de petits signes très clairs me sont arrivés en quelques jours, et pour cela, j’ai décidé de vous faire un article beaucoup plus long que d’habitude, afin de détailler la théorie et la pratique de ce chapitre.

L’argent est un sujet tabou, ou gênant pour beaucoup d’entre nous

On a peur d’attirer les jalousies si l’on a de l’argent, on a peur de le perdre, on a honte de dire qu’on n’en a pas beaucoup… C’est certain que la majorité d’entre nous s’identifie un peu à son compte en banque, et détermine son succès dans la vie en fonction de sa richesse pécuniaire… et bien souvent, on se critique de gagner « seulement » un certaine niveau de revenu… et tout cela n’est vraiment pas bon pour nous.

L’argent, tout comme la sexualité, est un sujet dont il est parfaitement correct et normal de parler ouvertement et honnêtement, sans honte. Mais nous avons tous beaucoup de progrès à faire sur nos croyances en rapport avec l’argent, et la manière de le gagner. Il est une grande source de préoccupation… peut-être d’une façon encore plus pernicieuse que le reste. Il nous est facile d’admettre que les soucis nous empoisonnent dans nos relations, et que nous devrions en lâcher prise mais il nous est très difficile d’admettre qu’il faille lâcher prise des soucis d’argent, car nous croyons que si nous cessons de nous en préoccuper… nous allons laisser partir nos finances à vau-l’eau.
Bien entendu, c’est faux.

Lise Bourbeau, l’auteure de nombreux best-sellers de développement personnel et fondatrice du centre de relation d’aide Écoute Ton Corps l’a écrit dans ses livres : l’argent est une énergie, il fonctionne exactement comme tout le reste dans la vie : il n’est pas fait pour être accumulé et « dormir » dans un coffre fort, mais pour circuler fluidement. Il est un moyen, pas une fin et plus nous en faisons une source de préoccupation, plus nous nous attirons de situations désagréables dans ce domaine. Les croyances associées à l’argent déterminent la manière dont il arrivera dans notre vie. Lise Bourbeau avait pour croyance principale qu’il était nécessaire de travailler dur pour se créer des rentrées d’argent. Dans sa biographie, elle nous explique que tant qu’elle n’avait pas pris conscience de cette croyance, elle gagnait certes beaucoup d’argent, mais elle le faisait en brûlant sa chandelle par les deux bouts, dès qu’elle souhaitait lever le pied, la vie lui amenait des embûches et des baisses de revenus.

En effet, c’est (encore et toujours) la loi de l’attraction qui s’applique : les énergies similaires s’attirent. L’énergie dans laquelle je suis (ici, une croyance qu’il faut obligatoirement travailler dur pour obtenir de l’argent) façonne ce qui m’arrive dans la vie… ce qui est bien normal puisque mes croyances impactent toutes mes décisions, toutes mes actions, et toutes mes pensées. A cause de cela, Lise se privait de s’attirer de l’argent par des moyens autres que le dur travail, par exemple, la chance, les cadeaux… et tout simplement la confiance des gens, ses clients, les actionnaires de la société. En fermant la porte mentalement à tout ce qui ne venait pas d’un dur travail, elle avait du mal à financer ses projets, et avait beaucoup de dettes. Sa capacité de travail phénoménale lui permettait de s’en sortir, mais lui interdisait de se détendre et de se reposer.

Courir après l’argent n’est pas du tout le bon moyen pour s’en attirer

La prospérité est l’apanage de tout le monde. Il n’y a pas de loi ou de principe qui veuille que l’on a « la poisse » et que l’on doive être dans la pauvreté. Si l’on n’y est, c’est qu’il y a des raisons et si nous changeons, cette situation va changer.
Dans ses livres, Doreen Virtue explique que si nous faisons des souhaits, que nous entretenons des pensées positives sur un sujet, nous lançons un mouvement positif dans l’invisible, dans l’énergie, et nous commençons à nos attirer ce que nous désirons. Mais dès lors que nous nous mettons à nous préoccuper… c’est exactement comme si nous venions d’annuler tout l’élan précédemment créé.
Imaginez que vous venez de semer des carottes dans votre jardin. Si dès le lendemain vous voulez vérifier que ça pousse bien, parce que vous vous inquiétez, et que vous aller sur votre rang de carottes, en piétinant la terre, et en la grattant pour regarder si les graines poussent… vous êtes justement en train de les empêcher de pousser. En énergétique, c’est exactement la même chose : l’énergie de manque sclérose tous vos projets et entrave la réalisation de vos besoins.

La phrase introductive de Rhonda Byrne dans le chapitre consacré à l’argent dans La Magie est tellement claire et puissante que je vous la cite in extenso :

gratitde et argent

Tout ce que vous faites pour gagner de l’argent est amoindri, affaibli ou empoisonné si vous le faites dans une énergie de manque

Toute attitude liée à l’argent où vous cherchez à vous protéger à cause d’une peur mine vos efforts pour vous sentir en sécurité dans ce domaine. Cela peut sembler paradoxal, et j’avoue que c’est à contre-courant des idées de la société actuelle. Mais cela fait des années que j’observe que ça fonctionne ainsi. Aujourd’hui, je possède beaucoup moins d’argent qu’il y a quelques années, mais je me sens beaucoup plus sereine : votre sensation de sécurité intérieure n’est pas proportionnelle à votre salaire ou à votre épargne ! Celle-ci émane de vous et uniquement de vous. Tant que vous pensez que la vie est pleine d’accidents, que vous pouvez perdre de l’argent ou cesser d’en gagner, vous créez une programmation énergétique de manque, et vous créez cela dans votre vie.

Plus nous sommes inquiets, plus nous « jouons la sécurité », plus notre rapport à l’argent est névrotique et plein de blocages. Il suffit de vous observer : si vos rentrées d’argent n’apaisent pas vos soucis… c’est bien la preuve que le problème est en vous ! Pas sur votre relevé de compte bancaire. Chaque fois que nous pensons manquer d’argent, ou nous être faits arnaquer… nous fermons les yeux sur tout l’argent que nous avons déjà reçu. Concrètement, cela s’appelle regarder le verre à moitié vide et donc se torturer pour rien.

Votre énergie de souci pour l’argent ne vous en fera JAMAIS arriver davantage

Notez bien : je ne vous dis pas d’attendre que l’argent « tombe du ciel » et de ne pas avoir d’activité rémunératrice. Je dis « faites-le, mais faites-le libre de toute préoccupation, et plein de gratitude pour l’argent que vous avez reçu dans le passé, et que vous avez actuellement. »
Dans son livre, Rhonda Byrne nous fait faire un petit exercice très clair afin de nous ouvrir les yeux sur tout ce que nous possédons déjà et tout ce que nous avons reçu.
Avons-nous eu un toit au-dessus de la tête étant enfant ?
Avons-nous eu les médicaments et les vaccins nécessaires pour notre santé ?
Avons-nous eu des jouets ?
Sommes-nous partis en vacances ?
Si vous répondez « oui », tout cela vous a été donné, par vos parents ou les personnes qui vous ont élevé. Tout ceci représente de l’argent qui a été payé pour vous. Si vous le « comptez pour rien », vous êtes en train de nourrir des pensées de manque, et il n’est pas surprenant que vous vous sentiez mal avec l’argent : toute l’eau qu’il y a dans votre « verre à moitié plein », vous ne la voyez pas.
Si vous êtes en train de lire cet article, c’est que vous êtes sur un ordinateur qui a internet. Que ce soit le vôtre, qu’il vous soit prêté, que ce soit celui du travail ou d’une bibliothèque, c’est un équipement dont vous pouvez profiter en ce moment, et qui a une valeur pécuniaire que vous pouvez noter et apprécier… ou ignorer, et ainsi aggraver votre perception négative de l’argent dans votre vie. L’énergie de gratitude vous rendra heureux, et programmera des résultats agréables dans votre vie, parce que vous serez assez détendu et ouvert pour saisir les opportunités qui s’offrent à vous. L’énergie de manque vous rendra hargneux et pingre, vous privera d’exercer votre générosité, et vous créera une vision morose et pauvre de votre vie.

Les personnes qui vivent de la gratitude sont à l’aise avec l’argent

Elles osent demander des prix qui les honorent pour leurs services, qu’elles soient comptable, coiffeur, consultant, artiste ou coach en développement personnel. Ces personnes parlent d’elles en bien et donc s’attirent tout naturellement des clients qui sont motivés pour payer le prix demandé, quel qu’il soit.
Nous croyons souvent qu’il existe des prix « trop chers » ou « malhonnêtes » pour un service donné. Si ce service est le vôtre, cela indique la valeur que vous vous donnez. Les artisans d’arts et les marques de luxe savent très bien qu’il y a des clients pour des services à haut prix. L’important n’est pas le prix en lui-même, mais le fait que vous soyez en accord, en alignement avec celui-ci.

Quand j’en ai eu besoin, malgré le fait que je venais de quitter mon emploi et que j’étais au chômage, je n’ai pas hésité, chaque semaine, à consulter un psychiatre dont la consultation coûtait 90€, une psychologue qui me facturait 55€ et, en sus, pendant deux mois, une thérapeute EMDR dont les honoraires étaient de 80€. Chaque semaine, je dépensais donc 225€ pour ma santé, mon bien-être. Était-ce une somme importante ?
Oui. Mais mon bien-être et ma santé valent beaucoup plus que cela.
Avais-je de gros revenus pour payer cela ?
Non. J’étais au chômage, et mon indemnité avoisinait les 1300€.
J’ai donc utilisé mon épargne.
Ces séances de thérapies m’ont-elles semblé chères ?
Non.
un prix qui a de la valeurJe le dis très honnêtement : non. J’étais parfaitement consciente de leur prix. Mais j’étais encore plus consciente de leur valeur. Et j’ai choisi sans hésiter : je vaux beaucoup plus que cela. Utiliser une partie importante de mes réserves pour ça, c’était exactement la bonne chose à faire, et je le referais sans hésiter.

Au lieu de me dire « mon Dieu, je dépense une telle somme, mon épargne ne fait que fondre, je suis en danger », je me disais « j’ai vraiment de la chance d’avoir cette épargne, ainsi je peux payer toutes les séances dont j’ai besoin pour aller mieux. Je suis tellement reconnaissante que cet argent me soit parvenu. » Je ne me suis pas inquiétée de la façon dont j’allais regagner cet argent, que je n’ai pas encore regagné à ce jour, d’ailleurs, mais au contraire, j’ai fait confiance à mon ingéniosité. Je n’ai pas besoin de souci pour avoir des idées et trouver des clients : j’ai besoin d’intelligence. Et le souci ruine complètement notre intelligence naturelle et ravage notre estime de nous : quand nous avons peur, nous ne nous croyons pas capables de nous faire arriver de l’argent. Et c’est bien ce qui se produit… parce que nous nous sommes sabotés nous-mêmes.

Votre capacité à vous faire arriver de l’argent ne dépend pas de la conjoncture ou d’un soit-disant moral des français, ou de la « crise ». Les marques qui savent toucher leurs clients de manière authentique et unique savent toujours vendre leurs produits, ou se transformer d’une manière qui le permette. Vous aussi, si vous lâchez prise de la peur.

Tout commence par la gratitude: c’est vous qui « amorcez la pompe »

Gratitude pour l’argent que vous avez eu dans le passé de la part de la famille qui vous a élevé.
Gratitude pour l’argent que vous avez actuellement, quelle que soit la quantité.
Gratitude pour votre intelligence et votre ouverture naturelle, qui vous permet de repérer les opportunités.
Gratitude pour votre courage qui vous permet de vous lancer et d’accepter de faire des erreurs.
Gratitude pour le futur positif que vous êtes en train de créer grâce à votre confiance.
Remerciez avant d’avoir reçu : c’est cela qui déroule le tapis rouge à de magnifiques concrétisations.
Cela ne fait pas de vous un naïf, mais un audacieux !