Juliette, des Grenouilleries

Art of Healing, ma nouvelle rubrique, c’est parti ! On commence, pour le mois de février, avec Juliette, créatrice de bijoux féériques et d’aquarelles toutes délicates et son atelier, les Grenouilleries.

« Totem », photo par Aline Bartoli, collier par Juliette

D’emblée quand on arrive sur le site de Juliette, ou sa page Facebook, on est dans un autre monde… Ou plutôt, pas du tout, on est dans NOTRE monde, notre magnifique Nature pleine de magie prête à se révéler pour ceux qui savent voir.

J’ai grandi dans la forêt, ou en tout cas à proximité de la forêt dans un tout petit village. J’ai toujours senti la présence des arbres comme vivante, proche de nous, prête à parler avec nous, à prendre soin de nous, à nous entourer de leur parfum, de leur ombre, de leur couleurs. Les elfes et les fées ont toujours été à portée de main pour moi, donc quand j’ai découvert les Grenouilleries, j’ai aimé instantanément. Ces bijoux et cette ambiance m’aidaient tout simplement à me reconnecter à ma forêt ! Quand bien même je vis à Paris, à des centaines de kilomètre de ma terre natale, quand je vois les posts de Juliette sur internet, je peux retourner dans mes bois chéris en un battement de coeur.

Voici son interview.

As-tu toujours voulu être artisane de bijoux, ou ce projet est venu avec le temps ? Peux-tu nous raconter ton parcours et ce qui t’a menée à ce choix de métier ?
J’ai toujours été attirée par les minéraux, que je ramassais avec ma grand-tante (je me souviens encore des énormes améthystes qui décoraient sa maison), mais je ne pensais pas me diriger vers une voie de créatrice de bijoux. C’est arrivé un peu par hasard, il y a huit ans déjà, j’en faisais pour mes proches, puis, encouragée par une amie, j’ai lancé ma boutique sur Alittlemarket. Principalement, je travaillais en tant qu’AVS (auxiliaire de vie scolaire), et la création de bijoux m’apportait un aspect manuel et calme qui me faisait beaucoup de bien une fois le boulot terminé. C’est en déménageant en Normandie que je me suis lancée à 100% dans mes Grenouilleries.

Juliette à son atelier

Est-ce que tu avais des peurs, à l’idée d’être entrepreneuse, de te lancer, de choisir spécifiquement de vendre des bijoux ? Qu’est-ce qui t’a aidé à les vaincre ?
Comme ce n’était pas une voie que j’avais choisie depuis toujours, et que j’avais un “vrai travail” (on nous rabâche toujours avec ça…) à côté, je ne m’étais pas vraiment posé la question du risque de se lancer ou pas. Mais une fois arrivée dans ma région d’accueil, et ayant du mal à me retrouver une place, mon chéri m’a conseillé de m’y mettre à fond. “Essaie toujours, au pire ça ne marche pas, mais au moins tu n’auras pas le regret de ne pas avoir essayé”. Sachant que j’avais son soutien, je n’ai plus hésité. J’ai été plutôt encouragée par mes proches, même si deux ou trois personnes n’étaient pas convaincues et ont tenté de me décourager. Mais je ne les ai pas écoutées, et tant mieux ! C’est difficile de se lancer, surtout en tant qu’autodidacte. En fait, le pire ennemi que l’on peut avoir, c’est nous-même. Les doutes, le sentiment d’illégitimité… Grâce à mon entourage en or, j’ai réussi à surpasser cela, même si encore maintenant j’ai des périodes de “moins”. Je sais que mes amis et mon doux sont là pour m’encourager.

« Le Domaine des Archivistes ». Un long travail de tissage de cuivre autour d’une magnifique labradorite.

Qu’est-ce qui t’a menée à faire des bijoux féériques ? Quelles sont tes inspirations ?
Je crois que ça vient de ce qui nous touche, profondément. Les contes et légendes, la mythologie, le monde de la forêt, le petit-peuple… Tout cela fait partie de moi, de ce qui m’inspire et m’a construite. Mes bijoux sont le reflet de ce petit monde intérieur. Mes inspirations sont diverses, mais je peux citer quelques jeux (Fable, Skyrim, The Witcher), évidemment Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit, et des lectures fortes comme L’Enchanteur de Barjavel, toutes les séries de Robin Hobb, et je découvre récemment Narnia. En fait, je ne dirais pas moi-même que mes créations sont particulièrement “féériques”. Elles sont le reflet de ce que j’aime, sans que je n’arrive à les qualifier spécifiquement. Mais féérique est un joli mot, ça me va bien !

En quoi ta manière de faire ton métier  et tes créations te reflètent, nous parlent de toi ?
Comme je le disais plus haut, mes créations sont le reflet de ce qui m’inspire. Au-delà de ça, j’essaie d’être la plus naturelle possible, la plus sincère, dans mon approche professionnelle. Que ce soit la communication avec les clients ou sur les réseaux sociaux, la confection de mes bijoux et des écrins pour les envoyer… J’essaie de mettre en harmonie toutes les facettes de mon travail afin d’envoyer du bonheur à mes clientes. C’est ce qui compte le plus, mettre un bout d’âme dans chaque bijou, et qu’il résonne avec celle qui le portera.

Un des écrins de Juliette pour la Saint Valentin

En quoi ton activité pro te fait du bien, contribue à ton bonheur ?
Je suis une personne créative, manuelle, et qui a besoin de calme. Le cocon que je me crée pour travailler – mon atelier bien décoré, les bougies, le plaid, le thé, la musique – est comme un petit bout de paradis. De cette manière, je me détache un peu de moi, de ma “personne”, et je crée simplement en me laissant porter. De plus, j’ai du mal avec les codes de la société, les cases, les impératifs… Avec mon travail, je n’ai de comptes à rendre qu’à moi-même, et je n’échangerai pour rien cette liberté ! Et surtout, savoir que les bijoux trouveront un nouveau foyer et offriront du bonheur, un sourire sur un visage, me rend immensément heureuse et reconnaissante.

La Nature semble être très importante pour toi. Selon toi, quelle relation les gens d’aujourd’hui ont avec elle, et qu’est-ce que tu voudrais leur inspirer par rapport à elle ?
La Nature me ressource. C’est au cœur des forêts, la tête contre un arbre, les pieds nus dans l’herbe, le regard perdu dans les montagnes ou les lacs, que je me sens “une”. C’est un peu difficile à expliquer, mais c’est comme de me reconnecter avec mon vrai moi. Je crois que chaque vie doit être respectée, et que la connexion dont je parlais peut nous transcender. Faire attention à l’autre, à son environnement, être bienveillant, s’émerveiller… Ça me semble être un bel objectif de vie, nécessaire pour nous préserver, et préserver cette Nature qui nous a fait vivre et grandir, et toujours accueillis.

Pour moi, l’art et l’artisanat ont une composante “magique” : à travers ce qu’on fait, à la fois on guérit des difficultés personnelles et on partage nos richesses. Peux-tu nous partager des choses que tu penses guérir par ton art, et nous dire lesquelles de tes richesses tu offres aux autres ?
C’est vrai que quand je me mets en “mode création”, j’ai l’impression de me détacher, d’être un peu hors de mon corps, pour laisser libre cours à un processus créatif qui s’étend à davantage qu’un produit de mes mains et mon cerveau. J’espère proposer à mes clientes des petits trésors – tous uniques, c’est très important pour moi – pour ensoleiller leurs journées et soirées, et qu’elles se regardent dans la glace avec un sourire. Pour moi, chaque personne est belle, et mérite de le savoir. Dans mon cœur, mes créations sont vouées à apporter une beauté reflétée, et du bonheur.

Tes clients te passent parfois des commandes spéciales, créées exprès pour eux ? Qu’est-ce qu’ils veulent exprimer à travers cela ?
Oui cela arrive souvent ! J’ai eu à faire des commandes pour de futures mariées, ou simplement pour le plaisir. J’en suis toujours honorée, car de cette manière mes clientes encouragent et choisissent volontairement l’artisanat, qui est une des plus belles choses qui existent (évidemment !).

Est-ce qu’il y a des livres/musiques/films/lieux à visiter que tu associes à ton style, dont tu trouves qu’ils vont bien avec et que tu voudrais nous recommander ?
Mes inspirations ont été citées plus haut, mais ma plus belle inspiration est l’œuvre de Jeremy Soule, qui est un incroyable compositeur. A chaque écoute, je m’échappe vers des mondes merveilleux. Concernant les lieux à visiter : se perdre en forêt. N’importe laquelle, puisque dans mon cœur chaque forêt est un foyer.

Paragraphe libre : si tu veux ajouter quelque chose, nous faire passer un message, c’est le moment !
Mille mercis pour cette chouette interview, ça a été un plaisir d’y répondre ! :)